La nouvelle femme Balmain

 

 le jeune créa­teur talen­tueux Olivier Rousteing a imaginé une collec­tion s'inspi­rant libre­ment de l'ADN de la maison française, que toutes les person­na­li­tés , tel que Rihanna, Naomi, Iman et Kim semblent avoir adopté.Une femme qui « n'écoute sûre­ment pas de la musique clas­sique », mais qui .peut tout à fait prendre le métro en robe mini jacquard avec des derbies plates et blanches

 

 

Sûre d'elle, féline et sensuelle, Noémie Lenoir incarne elle aussi parfaitement la femme Balmain. Une femme qui s'assume, qui se joue de la mode, ou joue avec elle, car la mode est plus que jamais une fête avec Balmain.

Le directeur de la création aime à le rappeler.Olivier Rousteing n’a pas froid aux yeux. Exubérante, flamboyante, sexy – ces mots lui collent à la peau – elle s’affirme en micro jupe boule portée avec de longues cuissardes et top en velours brodé de perles et cristaux. Elle arpente le podium en corset poudré sur pantalon de dentelle à volants ou en veste grise oversize et mini jupe en veau velours. L’allure est baroque, maximale, glamour et optimiste. « C’est une femme de caractère à la féminité assumée », comme BalmainLa femme 

Tout ce que la planète mode compte de bombes anatomiques et de tops influentes a défilé cette saison encore pour le créateur-star d'à peine 30 ans aux 2 millions de followers. Une Balmain Army en ordre de bataille réunissant toutes les amies du créateur. « La mode doit représenter le monde tel qu’il est en valorisant des profils de femmes différents, qui ne manquent pas de personnalité ».

 

 

 

La femme Balmain n’a pas froid aux yeux. Exubérante, flamboyante, sexy – ces mots lui collent à la peau – elle s’affirme en micro jupe boule portée avec de longues cuissardes et top en velours brodé de perles et cristaux. Elle arpente le podium en corset poudré sur pantalon de dentelle à volants ou en veste grise oversize et mini jupe en veau velours. L’allure est baroque, maximale, glamour et optimiste. « C’est une femme de caractère à la féminité assumée », comme Olivier Rousteing, le directeur de la création aime à le rappeler.

 

Tout ce que la planète mode compte de bombes anatomiques et de tops influentes a défilé cette saison encore pour le créateur-star d'à peine 30 ans aux 2 millions de followers. Une Balmain Army en ordre de bataille réunissant toutes les amies du créateur. « La mode doit représenter le monde tel qu’il est en valorisant des profils de femmes différents, qui ne manquent pas de personnalité ».

 

« J’ai eu 30 ans il y a trois semaines, mais j’ai vraiment réalisé que je passais cette barre symbolique avec la collection H & M. Je suis tellement fier - et en même temps un peu effrayé - que l’identité Balmain que nous avons construite pendant cinq ans soit reconnue. Cette collaboration est une célébration, confiait Olivier Rousteing en backstage de son défilé. Les cinq ans à venir ? J’espère qu’ils seront à l’image de ce que j’ai cherché à faire aujourd’hui avec cette collection : pousser les limites. » Cet été, le styliste explore donc des matières peu utilisées jusqu’ici dans le vestiaire Balmain comme la mousseline (travaillée en pantalon à volants, entre disco et flamenco) qui symbolise à ses yeux le romantisme - « La cliente Balmain n’a pas un profil type, n’a pas un corps type ; elle peut être romantique, mais dans tous les cas, elle montre une personnalité forte ». Si la palette des bruns (chocolat, sable, cognac) est également assez inédite pour la griffe, le designer français le plus suivi sur les réseaux sociaux (1,3 million de followers sur Instagram) ne trahit pas son « amazone » comme il dit, sexy dans ses fourreaux résille pavée de pierres de couleur, ses blousons oversized et mini assorties en veau velours camel digne de Tina Turner, ses combinaisons deuxième peau et ses bodys bondage en soie drapée.

Hélène Guillaume.

(source: Madame Figaro)

 

Balmain printemps-été 2017
Balmain printemps-été 2017
Balmain printemps-été 2017
Balmain printemps-été 2017
Balmain printemps-été 2017
Balmain printemps-été 2017
Balmain printemps-été 2017

Balmain printemps-été 2017

Elle a été la première à avoir interviewé Yves Saint-Laurent. Elle a déjeuné chez Maxim's avec Pierre Balmain, dîné à l'Elysée avec la reine d'Angleterre, parlé d'amour avec Luciano Pavarotti, osé demander des comptes à Karl Lagerfeld, séjourné à Miami chez Gianni Versace, découvert le Tanger secret de Jean-Louis Scherrer, le New York d'Yves Saint-Laurent, la Provence de Pierre Bergé. Elle est la seule à avoir reçu l'oscar de la meilleure journaliste de mode des quotidiens français et internationaux. Sa vie se confond avec les grands moments d'un demi-siècle de mode, de fêtes, de lancements, traversé par des personnalités de premier plan qu'elle a eu le privilège d'approcher et de raconter. Tout ce qu'elle n'a pas pu écrire hier par devoir de réserve sur cet univers, elle le dit aujourd'hui dans un livre qui raconte les vrais sommets de l'élégance et les fausses guerres de tous les luxes.

Daily.Kat 18/10/2016 10:08

J'adoooore les collections Balmain et OR !!! Il sait sublimer les femmes, au top cet article !

Illustrations non libre de droit, propriété de Sandrine Graziella -  Hébergé par Overblog
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Sandrine Graziella sur Hellocoton